Forum de la construction de maisons en paille
 
AccueilManuel du forumS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isolation extérieure paille en vrac tassée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jon_neve
compaillon débutant


Nombre de messages : 12
Localisation : Marçon (72)
Date d'inscription : 14/03/2011

MessageSujet: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Jeu 12 Avr 2012, 13:02

Bonjour,

J'ai récemment fait une isolation (par l'intérieur) sur un petit mur en utilisant la technique du torchis (très) allégé présenté ici : http://www.isolation-paille.com. En gros, ça consiste à brasser de la paille avec un petit peu de barbotine d'argile et de chaux, puis de l'entasser derrière des banches, entre les montants d'une ossature bois fixée au mur.

Ca marche fort bien, et on met tellement peu d'argile que ça doit pas mal isoler. Je vais calculer la masse volumique, mais on est dans les 240 à 300 kg/m3 environ.

Toujours est-il que je me demande s'il ne serait pas possible de faire exactement la même chose mais sans barbotine, en trempant juste la paille dans de l'eau pour qu'elle se compacte comme il faut. La différence bien entendu c'est qu'on serait alors obligé de laisser en place le banchage.

Mon idée serait donc de faire une isolation extérieure (sur un mur en pierres) qui se composerait comme suit :

- Des chevrons verticaux fixés au mur, espacés de 50cm environ
- Un parement en carreaux de béton cellulaire de 5cm d'épaisseur, collés les uns aux autres et fixés aux chevrons par vissage
- Entre le mur et le BC, on entasse la paille mouillée, en la compactant au maximum
- Sur le BC, on termine avec un enduit chaux/sable classique.

L'intérêt de la démarche pour moi serait :

- Une isolation performante mais pas chère : logiquement, on doit frôler un lambda de 0.05 en mettant bien les brins de paill dans le bon sens.

- Une isolation extérieure qui n'est pas pour autant fragile ni délicate à mettre en oeuvre.

- Une isolation extérieure qu'on peut sans problème enduire à la chaux contrairement à pratiquement toutes les autres solutions que je connais, à part le liège qui est hors de prix;

- Une isolation perspirante et qui maintient la capillarité du mur, éléments essentiels pour un mur en pierres.

- Une isolation pas trop épaisse : en effet, rajouter des bottes de paille de 35cm, ce serait vraiment trop, alors que là, je peux me contenter de 15cm et déjà avoir quelque chose de correct, surtout avec le béton cellulaire qui en rajoute encore un peu.

Qu'en pensez-vous? Tenue dans le temps, facilité de réalisation?!?

Merci,
Jonathan Neve.
Revenir en haut Aller en bas
jpg
maitre compaillon
avatar

Masculin Nombre de messages : 772
Age : 69
Localisation : haute-loire
Emploi : plus
Loisirs : construction,vivre,etc.
Date d'inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Jeu 12 Avr 2012, 17:20

Bonsoir, je me permet de donner mon avis puisque nous sommes sollicités.
Par expérience le béton cellulaire fixé sur des chevrons présente très rapidement des fissures il ne supporte pas les mouvements même imperceptible du bois.D'autant plus que la paille sera mouillée.

Je ne crois pas vraiment à l’intérêt d'une isolation par paille compressée à la main en faibles épaisseurs. Quelque soit le sens des fibres, et il me semble difficile de placer les fibres dans un sens précis.Je pense qu'en dessous de 30 cm le jeu n'en vaut pas la chandelle. La paille a une structure qui ne permet de conserver de l'air relativement immobile donc isolant que fortement pressée à la différence de la chénevotte dont la structure contient de l'air ou même des fins copeaux de bois qui assurent une structure finale, pressés plus apte à stabiliser l'air.

La paille et la terre sur un mur intérieur est susceptible dans des épaisseurs de quelques centimètres d'atténuer la sensation de paroi froide par sa faible effusivité mais cependant moins que le chanvre.

Un lambda de 0,05 est très optimiste, pour une botte de paille de moyenne densité on admet d'après les diverses expérimentations un lambda autour de 0,07/0,08 et pour de la paille tassée main certainement plus élevé.

Cela n'engage que moi. l'excellent site ARESO s'est penché sur diverses techniques d'isolation alternatives et mérite d'être consulté.

Cordialement.

JPG
Revenir en haut Aller en bas
jpg
maitre compaillon
avatar

Masculin Nombre de messages : 772
Age : 69
Localisation : haute-loire
Emploi : plus
Loisirs : construction,vivre,etc.
Date d'inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Sam 14 Avr 2012, 05:50

Bonjour, j'ai lu l'article cité sur l'isolation naturelle. Il n'est pas nécessaire d'ajouter de la chaux qui n'a pas de véritable influence sur les souris à ce pourcentage. Par contre il faut boucher avec un mortier dense tous les trous du mur susceptibles de livrer passage aux rongeurs et ce n'est pas garantie. Tout dépend de la structure du mur.

il est plus facile et efficace quoique un peu plus compliqué de tremper la paille dans la barbotine très liquide en créant une fosse avec de la bâche d'ensilage de la fouler et de la retirer on la laisse sur une palette une nuit ou on la prépare plusieurs heures avant.

La paille s'assouplit et devient plus facile à manipuler elle peut commencer à fermenter et chauffer surtout en été ce n'est pas grave il faut débancher assez vite.

La résistance thermique reste très faible cependant,
on note une sensation de paroi moins froide qui reste assez subjective .

Personnellement j'utiliserai des matériaux plus performants. L'économie réalisée par l'utilisation de paille est vite dépassée par l'économie d'énergie réalisée avec un matériau plus performant tel que la chénevotte ou la fibre de bois.Bien sur en épaisseur suffisante si cela est possible financièrement et techniquement.

JPG
Revenir en haut Aller en bas
Ugo
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1557
Age : 35
Localisation : France - centre
Emploi : Concepteur de maisons éco
Date d'inscription : 22/08/2008

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Sam 14 Avr 2012, 13:42

Hé ben, il n'a vraiment pas l'esprit pratique pour nous demander une inscription à double confirmation juste pour télécharger un pdf mal scanné de vieux articles Suspect

Pourquoi faire simple... bref

Mon avis sur la question : pourquoi mouiller la paille pour la tasser si vous n'utilisez pas de liant ? ça ne sert à rien, et va juste entamer un processus de dégradation de la paille le temps qu'elle sèche. Le pouvoir isolant n'est d'ailleurs pas strictement lié à la densité du matériau, mais plutôt à la manière dont est répartie la matière par rapport aux zones vides. En général, moins on "tasse", mieux ça vaut, même si dans le cas des fibres de paille, non déchiquetées, il faut les compacter car sinon elles n’emprisonnent pas vraiment d'air immobile. Mais un déchiquetage + déversement en vrac sans tassement donne un pouvoir isolant plus grand que de garder les fibres telles quelles et de les tasser.

Du coup je ne vois pas trop ce qu'on gagne à tenter de faire ça plutôt que de simplement prendre n'importe quelle fibre déchiquetée (copeaux, chevenovtte, etc.) et d'en faire un béton très léger avec un peu de chaux. Le banchage est très facile si la longueur max des fibres est inférieure ou égale à la moitié de la largeur du coffrage, ainsi le mélange coule librement dans la banche et il n'est pas nécessaire de le tasser. une simple vibration pas trop puissante pour assurer une bonne répartition dans les angles suffit.
Une fois sec, on peut enduire directement sur ce type de béton fibreux. (d'ailleurs une version commerciale en panneaux préfabriqué existe, très chers en comparaison).

Mais il ne faut pas avoir d'illusions sur le pouvoir isolant d'un tel produit, on est dans la correction thermique et non dans l'isolation.

Je m'interroge par contre sur l'idée du béton cellulaire. En 5cm, ça commence à faire cher sur une grande surface, ça sera sans doute l'élément le plus coûteux d'un tel mur, or ce béton ne sert pratiquement que de support d'enduit. C'est un peu dommage. Il faudra aussi veiller à ce que la fixation de l'ossature soit assez solide pour supporter le poids de tout cela (bc+enduit). Et comme dit précédemment il faudra de toute façon bien tramer l'enduit sinon il fissurera à la jonction de chaque élément. Bref, beaucoup de boulot en fin de compte.

Si l'idée vient uniquement du problème d'une finition enduite sur une isolation ext, je pense que le problème a été mal abordé. La peau d'usure n'a pas à être solidaire de la peau d'isolation, il s'agit de deux rôles différents, tous les problèmes viennent en général uniquement d'une tentative de mélanger les deux rôles. Mais ce n'est pas nécessaire. Dans l'ordre on doit avoir :
- 1- le mur pierre d'origine
- 2- ossature + isolation (si on fait une ossature, autant en profiter pour utiliser un vrai isolant, faire toute une ossature de doublage est un gros travail, et c'est exactement le même qu'on ajoute 2 cm d'isolant ou 15, alors autant en mettre 15 du premier coup. d'ailleurs selon la planéité du mur d'origine, il est possible qu'il soit nécessaire d'en mettre 15cm pour tout rattraper. Chez moi par ex, j'ai eu jusqu'à 18cm de faux aplomb. du coup certaines zones du mur on 20cm d'isolant alors que d'autre n'en ont que 4).
- 3- liteaux + lame d'air comme pour un bardage, sauf qu'au lieu de finir avec des planches de bardage, on utilise un support pour enduire : treillis type nergalto pour la version chère, lattis+enduit fibreux quelconque pour la version pas chère. L'avantage c'est que la couche d'usure (l'enduit) peut être réparée/remplacée sans abimer la couche d'isolation, qui si l'ensemble est bien réalisé, ne subi pas de vieillissement ou d'usure.
OU
- 2bis- isolation faible en béton allégé banché, projeté ou autre, mais en épaisseur plus grande si on veut une résistance thermique identique.
- 4- on enduit notre finition en faible épaisseur sur l'un ou l'autre de ces supports sans problèmes particuliers. Dans le cas d'une l'ossature si elle a été revêtue d'un pare-pluie, par ex laine de bois hydrofugé, alors on peut même ne pas faire grand cas d'éventuelles de fissures de dilatation dans l'enduit final : elles ne seront qu'un défaut esthétique sans conséquences ni thermiques ni structurelles. Dans le cas d'un banchage, il n'y a pas de raison d'avoir de telles fissures si la précaution a été prise de noyer l'éventuelle ossature.

On peut donc faire une véritable isolation avec très peu de produits industriels coûteux. Et obtenir un résultat à la fois performant et durable. Le seul inconvénient, c'est le temps considérable nécessaire pour la réalisation de l'ossature de doublage (et notamment les trous et scellements si la nature du mur ne permet pas de s'y fixer directement).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fiabitat.com
yo-archi
compaillon néophyte


Nombre de messages : 3
Localisation : belley
Date d'inscription : 04/03/2014

MessageSujet: flou   Mar 04 Mar 2014, 19:07

Bonjour,

tout d'abord, merci pour le partage d'expérience. J'ai quelques questionnements et peut êtres pourriez-vous éclaircir mes penssées.

Je souhaite faire une ITE sur du pisé et de la pierre.

J'ai prévu des tasseaux 5*7 verticaux pour faire des caissons qui seront fermés sur la partie extérieure du tasseau par des voliges (ou autres si je trouve un système moins cher), je peux ainsi remplir de paille ou ouate...

Je pensais faire une lame d'air avec un autre liteau environ 2-3cm puis ensuite un lattis ou une canisse pour recevoir mon enduit chaux.

J'ai vu plusieurs personnes enduire directement sur un lattis qui vient fermer la paille. Je n'arrive pas a avoir de retours sur cette méthode, que pensez-vous de cela ? si l'enduit transfère trop d'humidité à la paille n'y a t'il pas la un gros risque ?

Ma méthode avec la lame d'aire ajoute 2 couches et augmente le tps de pose ainsi que le cout.
Avez-vous des conseilles sur les matériaux? Quel type de bois ? Autres solutions pour réaliser des caissons perspirant ?

merci pour votre participation.
Cordialement

" />
Revenir en haut Aller en bas
Ugo
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 1557
Age : 35
Localisation : France - centre
Emploi : Concepteur de maisons éco
Date d'inscription : 22/08/2008

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Mer 05 Mar 2014, 09:56

J'ai déjà répondu sur l'autre sujet, mais :

- caisson perspirants : inutile, l'isolant est à l'extérieur, le mur d'origine fait office de frein vapeur.
- type de bois : franchement n'importe quel bois conviendra pour l'ossature, mais pour jouer la sécurité prenez un bois résineux durable, douglas par ex.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fiabitat.com
quentin guerraz
compaillon


Nombre de messages : 69
Localisation : 43200
Emploi : charpentier
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Jeu 18 Déc 2014, 23:05

bonjour
sujet intéressant
Je cherche a réaliser un terre paille le plus léger possible par trempage. Des tests sur allégement maximum pour un terre paille ont-il déjà été réalisé ? Le livre pourquoi construire en terre paille parle de 240kg/m3 y a il des données pour des densités inférieures?
J'ai déjà vu une photo de coffrage de paille décoffré qui semblerai de la paille mouillé mais il n'y avais pas de précisions sur le mélange effectué.
Revenir en haut Aller en bas
quentin guerraz
compaillon


Nombre de messages : 69
Localisation : 43200
Emploi : charpentier
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   Jeu 18 Déc 2014, 23:33

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isolation extérieure paille en vrac tassée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Isolation extérieure paille en vrac tassée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isolation extérieure paille en vrac tassée
» Isolation extérieure paille de containers
» isolation extérieure paille de murs existants
» isolation extérieure paille sur murs en parpaings ?
» Isolation extérieure paille: méthodes et couts ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Compaillons  :: Paille et Techniques :: Différents modes de constructions :: Cas particulier : rénovation-
Sauter vers: